Visuel_page_Lenz_blog__2019_.jpg


Il courait vers les hauteurs - LENZ

TELECHARGER LE DOCUMENT - Là où nous en sommes" : Creation_LENZ_-_la_ou_nous_en_sommes.pdf

TELECHARGER LE DOSSIER 2020 : LENZ_-_Dossier_de_creation_2020_-_Cie_MTP.pdf

Lenz de Georg Büchner
Traduit de l'allemand par Jean-Pierre Lefebvre

Mise en scène : Nelly Pezelet
Assistante mise en scène : Caroline Laffon

Avec 7 comédien(ne)s : Suzanne Llabador, Garance Hacker, Sofiane Hamida Renard, David Le Roch, Sébastien Raymond, Aura Coben, et distribution en cours

Scénographie: Elodie Monet

Le 20 janvier 1778, le brillant et jeune poète Lenz décide de traverser la montagne pour rejoindre un village des Vosges où le Pasteur Oberlin pourrait, dit-on, « soigner son esprit malade ». Le voici au cœur de la nature, dans une communauté où coexistent croyances et religion, bienveillance et rusticité…
Ode, élégie, chant, mélopée, incantation, prière, oratorio... ?
Le texte de Büchner se fait ici partition scénique pour un choeur de comédiens et vous invite dans sa traversée à "rencontrer" Lenz.




Nous avons déjà mené plusieurs étapes de travail

En 2019 :

Une résidence au Théâtre 13 à Paris du 30 septembre au 11 octobre.

Un extrait du récit mis en scène d'une durée de 45 minutes a été présenté au public le 11 octobre à 16h.

Une résidence du 8 au 12 juillet au Centre Culturel Athénée de Rueil

En 2018 :

Présentation d'une maquette le 28 novembre à la Halle aux cuirs de la Villette dans le cadre de Scènes sur Seine Rencontres artistiques en Ile-de-France

35 minutes ont été jouées par un chœur de 7 comédien.ne.s. Ce travail a pu être réalisé grâce aux répétitions accueillies au Centre culturel Athénée à Rueil, à l'Ecole Auvray Nauroy à St Denis et Centre Ken Saro-Wiwa à Paris.

• Octobre-novembre 2018 : répétitions ponctuelles pour réalisation de la maquette
• 13 septembre à L’Epée de bois - Scènes sur Seine : présentation projet dans le cadre de la journée de lancement des Rencontres Artistique en Ile-de -France 2018
• Du 27 août au 2 septembre 2018 : laboratoire 2 - Elaboration de la maquette du spectacle. Recherches et répétitions pour concevoir une forme de 35 minutes
• Du 25 au 28 juin 2018 : laboratoire 1- Les voix sur les rochers. Premier temps de jeu, d’approche du texte, d’expérimentations. Appréciation des forces en présence…
• Février-avril 2018 : entretiens et audition comédien(ne)s - Journée laboratoire-audition au Théâtre de l'Aquarium - Cartoucherie

28 novembre 2018 / Première "maquette" du spectacle
Halle aux cuirs de la Villette- Scènes sur Seine

Voici quelques mots de présentation de cet extrait (35 minutes)
joué par : Garance Hacker, Aura Coben, Suzanne Llabador
Pierre Boucher, Sofiane Hamida, David Le Roch, Sébastien Raymond

Flyer_TEXTE_BLOG_-_28_nov._2018__neige_ptf.jpg


LENZ en chemin

Le désir de mettre en scène Lenz est née fin 2015. Depuis cette date différentes étapes de recherches et de travail au plateau ont été menées. En voici quelques traces…


affiche_Lenz_pour_blog_bis.jpg



Du 27 août au 2 septembre 2018

"Partage d’espace(s) de travail et de répétitions" de RAVIV
à l’école Auvray-Nauroy de St Denis


2_photos_Lenz_Labo_AOUT.jpg










































Du 25 au 28 Juin 2018

Premier temps de rencontre, recherches, expérimentations, en vue de l'élaboration d'une maquette qui sera présentée en novembre 2018 dans le cadre de Scènes sur Seine / Rencontres Artistiques en Ile-de-France

Au Centre culturel Athénée à Rueil-Malmaison

Labo_maquette_LENZ_Juin_2018_-_1.jpg

Labo_maquette_LENZ_juin_2018-_2.jpg




AVRIL 2018

Journée labo - Audition

Au Théâtre de l'Aquarium - Cartoucherie de Vincennes




















Merci à tous pour ce merveilleux premier temps d'exercices et d'approche du texte par un chœur de comédien(ne)s.



2018 - LE 20 JANVIER...


le_20_janvier_2018_-_petit_format.jpg


2017

En 2017, deux résidences de création - à la Maison Avron dans le Vexin et à la Maison des Arts et de l’image de Rueil, nous ont permises de mettre à l’épreuve du plateau le principe et l’esprit de cette mise en scène, ainsi que son premier choix de distribution. Le travail artistique a été riche et a renforcé certains axes de la mise en scène, mais Lenz a fait résonner d’autres présences et d’autres voix. La nécessité du chœur, des corps en scène et de leur évanouissement, la nécessité de faire entendre la voix de la jeunesse, nous ont conduites à une nouvelle adaptation, et à la quête d’une nouvelle distribution (ainsi viendra le temps du labo audition d'avril 2018).

Résidence à la Maison Avron à Hardivillers-en-Vexin du 11 au 18 Février

P1210103_Maison_Avron_1.jpg
PITCH annonce résidence

Lenz : « il cherchait quelque chose, quelque chose comme des rêves perdus, mais il ne trouvait rien. Tout lui paraissait si petit, si prêt de lui, si mouillé…. »
Nathalie Galloro et Nelly Pezelet corps et âmes s’immergeront dans un temps de résidence, lieu retiré de tout et lieu de tous les possibles. Comme Lenz, elles chercheront quelque chose, quelque chose de l’ordre du rêve… celui de s’engager pour cette fulgurante nouvelle. Réflexions, travail de répétitions, explorations, elles feront feu de tout bois et comme Lenz s’engageront vers la montagne.
Un extrait de ce travail de recherche sera présenté au public local et aux professionnels le samedi 18 février à 15h. Renseignement et réservation auprès de Coline Martin : com.mnemosynetheatre@gmail.com



Résidence à la Maison des Arts et de l’Image de Rueil-Malmaison du 3 au 7 Avril

OLYMPUS DIGITAL CAMERA         Second temps d'exploration programmé avec Nathalie Galloro, Nelly Pezelet et Caroline Laffon assistante mise en scène. Une nouvelle orientation a été prise pour mener à bien ce projet.
Une rencontre avec le public autour de ce travail de recherche était prévue à l’automne 2017 et a finalement donné lieu à une lecture mise en espace sur la thématique de la nuit le Samedi 7 Octobre 2017 à 20h dans la bibliothèque de la M.A.I.

Extrait de Lenz - Georg Büchner
"Tout alla bien le jour suivant. À cheval avec Oberlin dans la vallée ; vastes versants qui partaient de très haut et allaient s'étrécissant en une étroite vallée sinueuse, qui remontait à son tour très haut sur les montagnes dans d'innombrables directions, masses rocheuses qui s'élargissaient vers le bas, peu de forêts, partout pourtant le même air d'austérité grise, une vue sur l'ouest qui donnait loin dans le pays ainsi que sur toute la chaîne, qui descendait en ligne droite vers le sud et vers le nord, et dont les sommets se dressaient, puissants, sévères ou taciturnes, tel un rêve crépusculaire."



2016

Le choix d'une oeuvre...


LENZ

de Georg Büchner (1813-1837)

Traduction de Jean-Pierre Lefebvre

Récit inspiré de l’histoire vraie du dramaturge Jakob Michael Reinhold Lenz.
C'est au début de l’hiver 1778 que Lenz passe par la montagne, seul, pour rejoindre un petit village des Vosges dans l'espoir de trouver réconfort et apaisement auprès du pasteur Jean-Frederic Oberlin. Il restera quelques semaines au sein de cette communauté bienveillante du Ban de la Roche, mais ses tourments ne feront qu'empirer.

« Le soir, une étrange peur le prit, il aurait voulu courir après le soleil ; à mesure que l’ombre s’emparait peu à peu des objets, tout lui paraissait si irréel, si désagréable, la peur surgissait en lui comme chez les enfants qui dorment dans le noir ; et la peur grandissait maintenant, le cauchemar de la folie vint se poser à ses pieds, en lui s’ouvrait la déréliction de penser que tout n’était qu’un rêve qu’il faisait ; il s’accrochait à tous les objets, des formes passaient, rapides, devant lui, il se collait contre elles, c’étaient des ombres, la vie s’échappait de lui et ses membres étaient complètement raidis. Il parlait, il chantait, récitait des passages de Shakespeare, tentait de rattraper tout ce qui jadis avait fait couler plus vite son sang, il essaya tout, mais : froid, froid ! »


Si certaines de nos précédentes mises en scènes - Fando et Lis de F. Arrabal, Les Bonnes de J. Genet et même L'Ogrelet de S. Lebeau, interrogeaient en premier lieu la définition et l’affirmation de l’identité, la relation à l’autre, l’interdépendance et l’emprise..., le questionnement de la frontière ténue entre normalité et folie était déjà présent.

Buchner_regarde_l__homme.jpgEn s’emparant du récit de Büchner, la Cie décide d’embrasser ce thème qui la taraude afin d’explorer au plus près le mystère du comportement délirant (voire la maladie mentale) du jeune poète avec son cortège d’interrogations : peut on porter secours à un fou ? Que vient percuter la folie de l’autre en chacun de nous ? Fou ou garde fou ?

La folie de Lenz secoue notre relation à l’insondable, à l’indicible, à ce qui nous échappe, à la mort…
La foi est également au cœur de cette œuvre, intimement liée à la question de l’amour - de Dieu, des hommes, de l’être cher..., et à celle de la bienveillance. Que peuvent les hommes pour le fou et que peut la foi ?

Enfin, Georg Büchner et Jakob Lenz lui-même nous interpellent sur l’énergie de la jeunesse, sa radicalité et sa quête d’absolu.